Arnaud Belloni, « Nous présenterons le nouveau Lancia en mars 2011 »

Ecrit le lundi 4 octobre 2010 par Vincent Royer - 2 commentaire(s)

Arnaud Belloni, directeur de Lancia France, revient sur les nouveautés exposées par Lancia au Mondial de l’auto 2010 : le moteur Multiair 1.4 T-Jet de 140 ch, la Delta Hard Black, la Musa 5th Avenue et la nouvelle gamme GPL sur Ypsilon et Musa. Mais cette interview est surtout l’occasion de parler de l’avenir de la marque. Un avenir lié à celui d’une autre marque, Chrysler.


Arnaud Belloni, pour commencer pouvez-vous faire un bilan de la situation de Lancia en France en 2010 ?
L’année 2010 est une année moyenne pour la marque Lancia puisque c’est une année de transition entre le Lancia que nous connaissons aujourd’hui et le Lancia que nous découvrirons l’année prochaine. J’imagine que l’on va en reparler après. C’est une année où nous n’avons pas particulièrement de nouveautés, et le peu de nouveautés que nous avons, on les lance maintenant ! Donc je dirai que l’année peut démarrer maintenant, en octobre, il n’est jamais trop tard !

Sur le stand aujourd’hui, on va présenter deux choses intéressantes. D’abord un premier aspect qui concerne les moteurs, puisque ça y est, on est prêt, on lance aujourd’hui les GPL Euro 5. Alors tu vas me dire, Lancia et GPL, est-ce que ce n’est pas un peu contradictoire ? Si, ça l’est probablement. Mais de toute façon, le GPL est quelque chose d’assez incroyable en fait sur le marché français. C’est une technologie qui existait et qui revient très fort en ce moment, liée aux aides gouvernementales.

Et vous savez, quand vous achetez un véhicule GPL, vous avez 2000 euros de bonus écologique. Pour peu qu’il soit dans les bonnes tranches d’émission de CO², vous avez en plus une carte grise à moitié prix, et en gros un plein ça coute 30 euros. Donc ça fait réfléchir les gens. Nous on s’est dit qu’on pouvait lancer le GPL sur une marque autre qu’une marque low cost. En fait le pari que l’on fait, c’est que ça intéresse aussi les clients un peu plus glamours, les clients qui ont envie d’un véhicule un peu différent.

Donc on aura l’offre sur l’Ypsilon, avec un moteur 77 ch GPL-essence, et on aura également l’offre disponible sur Musa avec un moteur essence de 77 ch et GPL, donc éligibles au bonus écologique de 2000 euros.

Ca c’est la nouveauté technique sur le stand, c’est le premier point. Le deuxième point, c’est que maintenant tous nos moteurs sont Euro 5 aussi, et pratiquement tous équipés du Start&Stop dans les versions diesel.

Enfin, on lance un modèle qui est en fait une série spéciale, parce qu’elle n’est pas limitée, elle sera destinée à durer longtemps, qui est la 5th Avenue. La 5th Avenue c’est exactement quelque chose qui pour moi est totalement représentatif de ce que sait faire Lancia. C’est-à-dire Musa, un petit monospace que vous connaissez, compact, avec à l’intérieur les sièges capitonnés, en cuir Poltrona Frau beige, la planche de bord pareil... En fait c’est un véhicule qui est placé entre une Platino, qui est notre véhicule qui se vend le plus en Musa, et la Poltrona Frau qui était la version la plus exclusive, mais qui était du reste quand même un peu chère, mais quand même bien placée par rapport à la concurrence allemande. Mais bon, entre les deux on aura maintenant cette 5th Avenue.

Et puis derrière, évidemment, en Lancia Delta, la version Hard Black, qui trahit un petit peu ce que l’on a fait ces derniers temps mais qui renoue avec l’époque où l’on faisait des Fulvia avec le capot en noir mat, et qui renoue avec l’esprit un peu masculin, sportif de la marque. La version idéale pour une Hard Black, c’est la 200 CV, essence, boite auto, suspension pilotée... Je roule avec cette auto, j’avoue que c’est génial !

Nous avons également un nouveau moteur MultiAir en 140 ch essence. C’est clair que ça va permettre de reconquérir la clientèle essence qui sur ce segment d’auto a disparu ces dernières années, puisque l’on a fait un carton avec les moteurs diesel. Pour votre info, on a quand même le 120, le 165 et le 190 en diesel. Et l’année prochaine on lancera le 105. C’est un scoop !

Les points fort du Multiair ?
Couple, puissance, émissions de CO². Emissions de CO² surtout, il est très bien placé en émission de CO², 132 g/km.

 2010 est une année intermédiaire

On a l’impression un petit peu avec ce stand, avec le stand de Genève en mars dernier, que Lancia renoue avec ses vieux démons des années précédentes. C’est-à-dire qu’il y a eu des nouveautés depuis deux ans, et là on revient avec des séries spéciales, des séries limitées...

En fait c’est tout simplement parce que l’on est en période intermédiaire. C’est-à-dire que là, en fait si vous avez regardé le stand, ce sont des puzzles. En fait vous avez deux marques présentes dessus, vous avez Lancia et Chrysler.

Vous savez, il faut être clair, ce qui se passe en ce moment est très simple. Suite au rapprochement de nos groupes, le groupe Chrysler et le groupe Fiat, il a été décidé de ne retenir en Europe continentale que la marque Lancia. En gros, la marque Lancia sera la marque qui représentera ce rapprochement en Europe continentale dans les années à venir. Concrètement, en mars 2011, au salon de Genève, nous annoncerons, nous présenterons, le nouveau Lancia. Et de facto, Chrysler s’effacera en Europe continentale. Chrysler évidement sera toujours présent aux États Unis, c’est logique, et sera présent aussi en Angleterre parce que Chrysler dispose de la conduite à droite.

Donc on est un peu dans une période intermédiaire qui va nous amener à Genève en mars 2011. Au salon de Genève, nous présenterons trois nouveautés. Et entre nous, là, on est loin des vieux démons, parce que trois nouveautés, entre vous et moi, il y a longtemps que ça ne nous est pas arrivé.

Trois vraies nouveautés ! C’est-à-dire que nous présenterons la nouvelle Ypsilon, en 5 portes. Le Phedra s’arrête là au mois de décembre. Nous présenterons le successeur du Phedra, qui sera le Lancia Voyager, dont nous changeons l’avant et tout l’intérieur, sellerie, tableau de bord..., nous ne garderons que ce qu’il a de meilleur, c’est-à-dire en gros le système Stow n’Go, de rangement des sièges dans le plancher, toute la télématique, tout le système audio-vidéo, qui est incroyable, et puis tous ses gadgets géniaux comme le coffre automatique et par exemple la caméra de recul, le pédalier électrique, le volant électrique, toutes ces choses géniales qui font que ce véhicule est conçu pour la famille.

Et puis surtout, nous lancerons également, nous présenterons en avant première mondiale, un nouveau modèle qui est la remplaçante de la 300C, qui va nous permettre de renouer avec des voitures proches de 5m, des routières, des voitures que nous n’avons plus dans notre gamme depuis l’arrêt de Thésis, et qui vont nous permettre de renouer avec ce sens du haut de gamme que nous savions si parfaitement maitriser à l’époque des Aurélia, des Flaminia, et même de Thesis. Thesis était une très jolie voiture, très bien réussie en terme de prestation et de qualité.

On est donc vraiment en période intermédiaire et il faut l’accepter, je veux dire, c’est comme ça, voilà.

Un mot sur la remplaçante de la 300C justement. Est-ce qu’elle va rester typée Chrysler ou est-ce qu’elle va être remaniée à la sauce Lancia ?
Non mais il n’y a aucun doute là-dessus, aucun. C’est une Lancia ! La voiture aura un badge Lancia, à l’intérieur vous aurez des cuirs Poltrona Frau... Donc en fait, vous considérez que le monde a, on le dit souvent c’est un peu une tarte à la crème, mais c’est un village global. Et bien c’est ça en fait, aux États Unis cette voiture existera mais avec des prestations nord américaine. En France elle va exister, en Europe continentale elle va exister, mais avec des prestations européennes. C’est à dire qu’en gros, nous on ne va pas prendre les mêmes versions qu’eux. Eux ils auront probablement des versions d’entrée de gamme que nous n’aurons pas parce que l’on ne peut pas être véritablement populaire sur ce type de segment. Vous êtes de facto, tout de suite en concurrence avec pratiquement que des véhicules allemands ou suédois, parce qu’il n’y a plus personne sur ce segment. Donc vous êtes obligés de délivrer une très belle prestation. Sauf que je crois que l’enjeu pour nous, c’est de le délivrer avec notre savoir faire à nous, c’est à dire notre sens du glamour, notre sens de la mise en scène, notre sens des ambiances, des saveurs, des odeurs, des couleurs... Donc c’est ce que l’on va faire. Maintenant technologiquement le véhicule, il est, il a été conçu par le groupe Daimler, donc honnêtement, c’est la concurrence, mais ça force le respect. Ce sont des gens qui savent faire de très grosses voitures. Et en l’occurrence cette voiture bénéficiera de tout leur savoir faire, puisque c’est leur voiture en fait que nous récupérons, et que l’on a, en fait, aujourd’hui simplement à glamouriser et à mettre à la sauce Lancia.

 "Il n’y a pas de cohérence dans l’histoire des carrosseries Lancia."

Justement vous parlez de glamouriser, de remettre à la sauce Lancia, mais Lancia c’est aussi un style, un trait spécifique, des moteurs qui sont des moteurs italiens...
Ca c’est quelque chose que j’entends souvent et qui n’est pas complétement vrai si je puis me permettre. Parce que quand tu regardes, quand on regarde, quand un journaliste regarde ou un client ou moi, regarde l’histoire des carrosseries Lancia, il n’y a pas de cohérence. Il n’y a pas de cohérence. Vincenzo Lancia disait qu’à chaque lancement il fait une voiture totalement différente. Donc tu retrouves des éléments d’ADN, comme l’art de manier le cuir Poltrona Frau, l’art de dessiner des phares, l’art de, de peut être d’avoir un certain style. Par exemple, on voit des références au motonautisme dans nos véhicules, avec des des pavillons un peu volants comme sur les bateaux... Mais finalement il y a très peu de points communs dans les carrosseries. Est-ce qu’il y a un point commun entre l’Y10, l’Y, l’Ypsilon et la future Epsilon ? Et bien moi je vais vous dire il n’y en a pas ! Sauf qu’on y voit la touche Lancia. Donc en gros c’est quoi le point commun en général ? C’est l’art des selleries, l’art des calandres... Alors là je peux vous dire, on sera totalement en ligne, on sera totalement en ligne

Le dessin est quand même plus fin, moins carré, que Chrysler...
Ouais... Thesis c’était quand même pas un véhicule très fin. C’était quand même très puissant...

Mais ce n’était pas un gros truc carré... C’était arrondi...
Non mais si vous prenez une Thema, qui a quand même été un énorme succès Lancia, soyons clairs, c’était assez carré. Donc non, je ne veux pas dire que vous, que les gens ont tort quand ils pensent ça, je veux simplement leur dire qu’il y a des périodes en terme de design. Et il y a aussi sur les segments des manières d’aborder l’automobile. Quand vous êtes sur les segments des grands monospaces, moi je préfère qu’ils soient un petit peu carré, que rond. Parce que si il est carré, il est fonctionnel, et si il est rond, il ne l’est pas, vous voyez. Et là je préfère qu’il y soit. En l’occurrence Phedra était plutôt carré, Zeta était plutôt carré, et leur succès, c’est qu’ils étaient fonctionnels et glamours. Ca c’est pour les grands monospaces.

Concernant cette berline, cette routière même, ma principale préoccupation c’est qu’elle soit irréprochable en terme d’électronique, de télématique, de qualité et de glamour. Elle l’est, elle l’est. Et esthétiquement elle est très belle, vous allez voir, vous allez être assez bluffé.

Elle aura un nom propre à Lancia ?
Oui, oui, absolument

Parce que le Voyager gardera le sien...
Non, Voyager on va le garder parce que Voyager, c’est une marque dans la marque. Voyager pourrait être une marque presque, c’est comme Fiat 500, c’est comme Delta ou Aurelia. C’est tellement beau, tellement connu, que ça force le respect.

300C, le modèle est connu mais pas vraiment le nom, enfin il n’y a pas assez d’historique. Aux États-Unis vous ne pourriez pas le changer, c’est une saga, mais pas en France. Donc on mettra un nom Lancia oui, très probablement. Tout peut encore changer, mais très probablement.

Voyager c’est une marque, comme vous dites. C’est très marqué, très connu. Est-ce que c’est un nom qui peux aller accolé à Lancia ?
Oui, parce qu’en fait c’est le nom qu’il fallait déposer, Voyager. C’est l’art du voyage, c’est fantastique ! Moi, personnellement, je préfère Voyager à Phedra, comme nom. Phedra a des consonances qui nous intéresse nous, mais Voyager..., c’est très clair, quand vous lisez le nom, vous avez compris ce que vous allez faire avec le véhicule. Vous allez voyager, en famille. Non, non, je crois que ce n’est pas un énorme problème. Et puis, vous savez, ce genre de chose, on se pose la question avant, et puis après, on l’oublie, ça vous semble naturel.

2 commentaires


  • Arnaud Belloni, « Nous présenterons le nouveau Lancia en mars 2011 »

    4 octobre 2010 20:28, par Un admirateur du langage fleuri signé Belloni

    Arnaud, tu es le meilleur !!

  • Alors là franchement les bras m’en tombent.
    Si cette personne à la voix chevrotante, à l’allure débonnaire, hésitant constamment dans une interview entre le "tu" et le "vous", passant les trois quart des phrase à dire "heu", est le dirigeant de Lancia France, et que tous les autres en Italie sont du même acabit,alors là oui, on peut le dire : lancia est mort est enterré !
    Si l’avenir de la marque en matière de routière repose sur une copie de 300 C "parce-que basée sur une technologie daimler, qui force le respect" (une technologie qui aujourd’hui est complètement dépassée par la fameuse concurrence allemande (daimler en premier !!!!) alors là oui c’est la fin......




form pet message commentaire

    Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


forum qui etes vous

 

Suivre la vie du site Nos flux RSS - Toute l'actualité - Abarth - Alfa Romeo - Fiat - Lancia - Ferrari - Lamborghini - Equipement - La vie des clubs >> Site réalisé sous Spip - Tous droits réservés - ©2002-2007