Attention Haute Tension !

Ecrit le dimanche 18 octobre 2009 par FFSA (communiqué)

Treizième et avant dernière épreuve des Championnats FFSA GT et FFSA GT3… et toujours pas de Champion ! Les différents équipages en lice pour le titre sont restés au contact, après une nouvelle fois, une bataille à couteaux tirés… La saison 2009 se jouera donc sur l’ultime affrontement !


Le départ de la première épreuve fut plutôt mouvementé car l’ensemble des voitures en piste souffrait d’un mal chronique… une piste qui ne dépassait pas les 13°C et un vent qui soufflait en rafales à plus de 75 km/h, contrariant fortement la mise en température des pneumatiques.
Aussi le premier et fameux triple gauche de Lédenon voyait Jean-Claude Police (Corvette C5R- DKR Engineering) et Didier Cormoreche (Saleen – Tarres Team) partir en tête à queue dans un peloton très compact. Nicolas Tardif en se faisant percuter voyait s’envoler tout espoir de podium mais sa Lamborghini immobilisée en pleine trajectoire nécessitait l’intervention du Safety Car. La confusion passée, c’est Hernandez (Corvette C6 – R / Luc Alphand Aventures), le poleman, qui menait allégrement les débats devant le leader du Championnat FFSA GT, Eric Debard, et Patrick Bornhauser (pourtant déclassé après les essais qualificatifs).

En GT3 Philippe Gaillard (Lamborghini Gallardo – Ruffier Racing) résistait avec brio à la meute constituée du second équipage du Ruffier Racing, Arnaud Peyroles, puis de Thierry Prignaud sur la BMW de Sport Garage (confirmant ainsi sa grande forme après sa victoire au HTTT Paul Ricard), Francois Jakubowski (Ferrari 430 Scuderia – AS Events), le champion de France des Rallyes Dany Snobeck (Ferrari 430 Scuderia AS Events) et enfin Bruno Dubreuil (Lamborghini Gallardo – First Racing) en lutte pour le titre.

La course était claire, bien qu’émaillée, comme à l’habitude, de quelques incidents : Thierry Rabineau de retour dans le peloton tirait tout droit dans le bac, Roland Bervillé écopait d’un drive through et Fabien Barthez (Viper – GCR Mediaco) connaissait des problèmes de boite de vitesses. A noter aussi quelques contacts très « classiques » lorsque les performances des différents acteurs sont très proches.

Les changements de pilotes intervenaient alors pour permettre l’entrée en lice des pilotes professionnels. A ce petit jeu… coup de théâtre puisque Laurent Groppi (Saleen – Larbre Competition) ayant ralenti dans la voie des stands, contraignant Soheil Ayari à un retard conséquent, sortait trop tôt et se voyait infliger un Stop and Go.

Au terme de la fenêtre de ravitaillement, Olivier Panis pointait en tête alignant les meilleurs chronos devant un Soheil Ayari déchainé ! A distance, suivaient Laurent Groppi , Eric Cayrolle (Corvette C6 – SRT), et Sébastien Bourdais (venu épauler l’équipe de Jack Leconte).

En GT3, Mike Parisy prenait les commandes devant Olivier Thevenin, Gilles Vannelet, Christopher Campbell, l’Audi R8 LMS Oreca de Stéphane Ortelli, Ulric Amado et Morgan Moullin-Traffort qui pointait ainsi le capot de sa Dodge Viper GCR Mediaco.

Gilles Vannelet fut le premier à céder du terrain puis fut contraint à l’abandon après le bris d’une transmission. La belle BMW Alpina ne fut pas en mesure de réitérer son exploit du Castellet. Très rapide en fin de course, comme à son habitude, Stéphane Ortelli passait la Ferrari de Campbell et s’offrait la troisième marche du podium…

Au classement général avant la dernière épreuve de l’année 2009 en Championnat de France GT1 et en tenant compte des décomptes de points.

1 – Eric Debard : 257 points
2 – Patrick Bornhauser et Laurent Groppi : 247 points
3 – Jean-Claude Police et Laurent Cazenave : 220 points
4 – Oivier Panis : 219 points
5 – Soheil Ayari – Bruno Hernandez : 210 points
6 – Didier Cormoreche : 127 points

Et pour le Championnat de France FFSA GT3 …

1 – Philippe Gaillard et Mike Parisy : 204 points
2 – Bruno Dubreuil et Ulric Amado : 196 points
3 – Arnaud Peyroles : 182 points
4 - Olivier Thevenin : 160 points
5 – David Tuchbant et Antoine Leclerc : 146 points
6 – François Jakubowski et Christopher Campbell : 134 points

La dernière épreuve disputée sur le circuit de Lédenon s’annonce donc sous… très haute tension !

Ils ont dit

Vainqueurs GT : Corvette C6-R DKR Engineering
Eric Debard :
« J’avais un bon lièvre en la personne de Bruno [Hernandez]. C’était la consigne. Nous savions que la Corvette de Bruno n’avait pas de lest. Il fallait essayer de le suivre le plus possible afin de laisser la voiture à Olivier en 2ème place, ce que j’ai fait. »

Olivier Panis : « Je suis parti 3ème à la sortie des stands. J’ai vu la Saleen de Laurent devant la Corvette de Soheil. Je fus un peu surpris et me suis dit que nous nous étions trompés dans le ravitaillement. J’avais une très bonne voiture, très bien équilibrée. J’ai pu suivre Soheil. C’est vrai que leur voiture était notre lièvre aujourd’hui. Ce n’est pas péjoratif car nous savons qu’ils sont très rapides. Nous savions qu’en les suivant, nous étions dans le bon rythme et j’ai pu passer Soheil et Laurent très sportivement. C’est comme cela que l’on fait de belles courses et de belles arrivées. Nous sommes très heureux d’avoir gagné. Demain sera un autre jour, très compliqué encore. Nous avons encore une grosse étape à faire. »

2ème GT : Corvette C6-R Luc Alphand Aventures
Bruno Hernandez :
« Ce fut un relais sans trop de problèmes. Il a fallu du temps pour chauffer les pneus. Derrière le safety car, la température des pneus est vite redescendu, mais heureusement, il n’est intervenu que pour un tour. En performance, nous avions une voiture égale à celle d’Eric et Olivier. Or, sans lest, nous aurions du être un peu plus vite. J’ai rendu la voiture en tête. Soheil est reparti deuxième. Ce fut un peu surprenant ».

Soheil Ayari : « En repartant deuxième avec la Saleen devant, j’étais un peu surpris. Mon ingénieur m’a donné le décompte et nous étions dans les bons temps. Je vois la Saleen qui commence à freiner… J’ai du perdre 5/6 secondes par rapport à mon temps de passage. Je suis même rentré dans l’arrière de la voiture. Je ne pouvais pas faire autrement car je ne m’attendais pas à ce qu’il s’arrête au feu rouge. Cela nous a pourri notre course. Je suis reparti derrière. Laurent [Groppi] a fait sa course. Il a tenté de garder sa première place. Comme on bataillait, Olivier [Panis] est vite revenu. Quand je l’ai vu pointer à l’intérieur, je l’ai laissé passer car il joue le titre et pas nous. J’ai fait ma course et Olivier a pris beaucoup d’avance. J’ai essayé de revenir mais j’en fus incapable. Nous terminons à la deuxième place, en dépit de l’incident dans la pitlane ».

3ème GT : Saleen S7R Larbre Competition
Patrick Bornhauser :
« Tout le monde a pris un bon départ. Un peu d’hésitation quand ils ont vu le vert et je suis passé à l’extérieur et je n’ai pas vu ce qu’il s’était passé derrière moi. J’ai fait une course sage et j’ai attendu derrière Eric. Le but était de rester au contact de cette voiture ».

Laurent Groppi : « Quand je suis parti, je me suis aperçu que nous nous étions trompés dans le chronométrage. Je suis sorti en tête. J’ai essayé de gérer cela au mieux. Nous n’avions pas hélas un très bon équilibre dans les premiers tours. Cela s’est amélioré par la suite. J’ai pris un stop & go et je me suis arrêté tout de suite pour avoir le maximum de temps sur la fin pour remonter. Mon rythme de course n’était pas si mal. Je suis revenu sur Eric [Cayrolle] qui a été très sportif. J’étais beaucoup plus rapide et il n’a pas insisté. J’ai donc pu passer. Nous finissons troisièmes et marquons ainsi des points. Demain, nous n’aurons pas de lest. »

Vainqueurs GT3 : Lamborghini Gallardo Ruffier Racing
Philippe Gaillard :
« Ce fut un départ hyper mouvementé. J’ai vu deux GT1 : une de côté et une de face. J’ai réussi à les passer par la droite. Arnaud [Peyroles] est revenu assez rapidement derrière moi. J’ai réussi à maintenir le rythme. Sur la fin de mon relais, il y avait des retardataires à doubler. C’était assez difficile. Arnaud est passé à ce moment là et j’ai cédé le volant à Mike en 2ème position. »

Mike Parisy : « J’ai vécu la première partie de course des stands. C’était assez grisant mais assez stressant dans le sens où nos principaux adversaires sont également nos coéquipiers. En tout cas, ce fut une bagarre très saine et c’est l’état d’esprit qui règne au sein du Ruffier Racing. En ce qui me concerne, je suis parti en seconde position. Je me suis attelé à ne pas faire d’erreurs sur le premier tour et à préserver mon auto pour une éventuelle attaque sur Olivier [Thévenin]. Nous étions à peu près dans le même rythme et j’ai su saisir une opportunité, le dépasser et ensuite gérer ma course de façon très sereine. Je n’ai pas franchement eu de pression pendant la course car nos pilotes B respectifs avaient fait une grosse différence. Il ne me restait qu’à gérer et à ne pas commettre d’erreurs. La voiture était fantastique. »

2ème GT3 : Lamborghini Gallardo Ruffier Racing
Arnaud Peyroles :
“Pour positiver, je dirais que la grande différence entre ce samedi soir et le même samedi soir l’année dernière, c’est que mathématiquement, nous pouvons toujours être champions. Sincèrement, cela s’éloigne quand même. J’ai vécu la même course que Philippe, mais inversée. Je pars deuxième et le départ dans le Triple Gauche était très folklorique. Nos pneus étaient froids – pas seulement les nôtres mais aussi ceux des GT1. Il a fallu gérer le trafic. Ensuite, avec Philippe [Gaillard], je me suis régalé. C’était une vraie bagarre. Evidemment, il ne fallait pas faire l’erreur de passer en force pour ne pas faire un strike et mettre toutes les chances de l’équipe par terre. En définitive, j’ai été opportuniste quand on est remontés sur des retardataires. J’en ai profité pour passer Philippe, rentré au box où je me suis arrêté chez DKR, car ils me faisaient de grands signes. Je pensais qu’Eric était derrière moi. En tout cas, je me suis régalé. Pour le reste, on va essayer de finir çà correctement.”

Olivier Thévenin : “Malgré ce petit stress de changement de pilote, j’ai réussi à repartir devant Mike [Parisy]. Rapidement, j’ai vu qu’il avait un meilleur rythme que moi. J’ai essayé de l’embêter pendant 2/3 tours. Il me fallait néanmoins me rendre à l’évidence et je lui ai ouvert la porte. Je pense qu’il aurait tout fait pour passer. La BMW et l’Audi remontaient également assez fort. Aussi, je me suis concentré pour gérer le trafic GT1 et garder ma position. Cà s’est bien passé. Pour le Championnat, nous gagnons une place. C’était une belle course”.

3ème GT3 : Audi R8 Team ORECA
Yvan Lebon :
« J’étais très surpris au départ et j’ai été trop prudent. Je ne suis pas très content de moi car cela bougeait beaucoup dans le Triple Gauche et du coup, pas mal de voitures sont passées. J’ai adopté un faux rythme. Remonter après n’était pas évident. Stephane [Ortelli] a fait un super boulot pour finir. La voiture était bien. Je suis moyennement content de moi aujourd’hui ».

Stéphane Ortelli : « Honnêtement, je me suis régalé. Pour moi, c’était une très belle course. Yvan a économisé les pneus. C’était un travail d’équipe et on a bien bossé tous les deux. Au final, c’est peut-être une deuxième place qui s’envole. Mais c’était bien d’être sur le podium. Nous n’étions pas très bien en essais libres hier et nous avons rectifié le tir. C’est la première année de l’Audi et il y a des circuits sur lesquels nous sommes dépourvus de repères. Je suis super content d’être ici. Cela faisait très longtemps que je n’avais pas couru à Lédenon. Quand on roule au niveau européen ou mondial, on oublie ce que c’est que d’apprendre à rouler sur des circuits d’homme. Je me suis régalé aujourd’hui mais c’était trop court ».




form pet message commentaire

    Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


forum qui etes vous

 

Suivre la vie du site Nos flux RSS - Toute l'actualité - Abarth - Alfa Romeo - Fiat - Lancia - Ferrari - Lamborghini - Equipement - La vie des clubs >> Site réalisé sous Spip - Tous droits réservés - ©2002-2007