Autobianchi Primula Coupé S

Ecrit le vendredi 23 février 2007 par Vincent Royer - 4 commentaire(s)

Au détour d’une allée, un petit stand, celui de l’Autobianchi Club de France. Une seule auto, méconnue, la Primula Coupé S. Présentation avec Vincent de Fresquet, le président du club.


« Autobianchi était devenu dès le milieu des années soixante le laboratoire technique et d’essai de Fiat, explique Vincent de Fresquet, président de l’Autobianchi Club de France. En fait Fiat avait décidé de développer toutes les nouvelles technologies sur Autobianchi en se disant, ‘si ça ne marche pas, ce n’est pas grave, on ne plombera pas la marque Fiat’. Mais il faut reconnaître que tous les moyens financiers étaient accordés par Fiat et la Primula, on la doit au fameux ingénieur Dante Giacosa, qui travaillait chez Fiat depuis la fin des années quarante.

Pourquoi la Primula ? Et bien justement parce que l’on voulait, au club, la faire connaître au public. Les gens connaissent tous l’A112, plus ou moins les Bianchina, mais la Primula personne la connaissait. Et Mea Culpa, lorsque j’ai créé le club, je ne connaissais même pas la Primula. Donc au moins c’est clair, il fallait la faire connaître.

La Primula est une voiture extrêmement intéressante. C’est la première traction avant de Fiat. Et c’est aussi une véritable première mondiale avec un moteur-boîte transversale. Fiat a devancé Renault avec la R16, Peugeot avec la 204... Tout ça est sorti avec six mois d’intervalles, mais c’est la Primula qui est sortie en premier. En première mondiale on a donc le moteur-boîte transversal, l’embrayage hydraulique, quatre freins à disque et le hayon arrière.

Particularité de ce modèle-ci, c’est un Coupé S qui a le moteur de la 124 S, donc le 1300 cm3 de 75 ch. Pour le reste elle a toutes les caractéristiques de la Primula : traction avant, moteur-boîte transversale, les quatre freins à disque, l’embrayage hydraulique et une superbe tenue de route.

Malgré tous ses modernismes, elle sait être pleine d’archaïsme puisque l’on a le droit à un bon vieil essieu arrière rigide et des lames avant à ressort. Voilà, la Primula c’est tout ça. C’est un mélange de grande modernité et de grands archaïsmes.

Honnêtement elle m’en a fait des blagues depuis que je l’ai achetée. Mais la plus fameuse est le retour de Montlhéry après l’Age d’Or en 2003. On a fait Montlhéry-Paris en 6 heures. Elle est tombée dix fois en panne. Malgré tout elle a quand même été bonne fille, je dis toujours ‘bonne fille’ parce que je le pense. Elle est arrivée jusqu’à son garage où elle devait être parquée et là en passant la marche arrière pour la ranger, le joint de culasse a explosé. Elle aurait pu le faire trois kilomètres avant, elle a été sympa quand même, on est arrivés à bon port.

En l’état actuel il faut être honnête sa restauration n’est pas totalement achevée donc elle me fera encore certainement des misères. J’ai la chance qu’elle soit entretenue par un spécialiste des voitures anciennes. Il me certifie, donc je lui fais confiance, que le jour où il aura pu faire toutes les petites choses à faire, c’est une voiture qui m’assurera une grande fiabilité. Et pas plus tard que ce matin j’ai croisé son ancien propriétaire, qui l’avait acheté au premier jour, et qui m’a dit que jusqu’à ce qu’il l’arrête pour en faire une voiture de collection, c’était une voiture qui ne lui avait jamais causé de soucis. Et je veux bien le croire. Je pense qu’après c’est de la mécanique Fiat connue, reconnue et fiable. Donc le jour où l’on aura pu tout faire, je pense que c’est une voiture qui sera très fiable. Déjà elle m’apporte beaucoup de satisfaction, je me fais vraiment plaisir avec. C’est un vrai plaisir de rouler avec. »

4 commentaires


  • Autobianchi Primula Coupé S

    13 mai 2010 12:00, par Max Havelaar

    J’ai regarder avec beaucoup l’ínteret le video sur le Auto Bianchi Primula Coupe S avec Vincent de Fresquets. Ma mere etais proprietaire du premiere modelle du Primula Coupe. Premier modele que nous avons commander apres l’exposition de l’Aitomobile RAI a Amsterdam dans les annees ’60. Je trouve que ce premier modelle eatit plus jolie et elegant equiper encore avec des petites ailles derriere. Cet voiture a bien souvent fait la route depuis Utrecht jus’qua Brig en Suisse sans aucune probleme. J’ai echanger mon R4 avec ma mere pour le Primula Coupe et essayer de le restaurer, car il y avais quand meme des problemes de rouille
    derriere les phares devant. Apres avoir eu plusieres grave reparations et mon ’mariage’ en 1975 j’ai du me separer de cet jolie voiture. Malheureusement le jeune garcon qui l’avais acheter a eu un acident et le compagnie d’assurance a juger que la voiture etait non reparable. Neanmoins je garde toujours un tres bon souvenir de ce temps passer.

    Johan A. Havelaar
    Van Imhoffstraat 49
    2595 SE Den Haag

    PS J’ai quelque part encore une photo que je vais essayer de vous envoyer.

  • Autobianchi Primula Coupé S

    12 décembre 2010 03:03, par berthier j francois

    La primula coupé s a été ma première voiture. Je l’avais achetée d’occasion en 1976, j’avais 20 ans. J’ en garde de merveilleux souvenirs

  • Autobianchi Primula Coupé S

    24 janvier 2012 15:42, par jaubertjl

    Le coupé S de 1969 acheté en 1973 avait un moteur de 1500cc et non 1300 comme mentionné dans votre descriptif. Je l’ai gardé jusqu’à 150.000 Km puis échangé (à regret) contre une moto… A l’époque, sans autoroute, j’effectuais le trajet Saint Raphael-Saint Jean de Luz en 1 nuit. J’ai effectué peu de réparations couteuses sauf : embrayage, rotules, et je suis toujours arrivé à bon port. A noter que la consommation de ce petit bolide en accélération était faible. C’était ma 1ère voiture et j’en garde un excellent souvenir. JLJ

  • Autobianchi Primula Coupé S

    20 janvier 2013 12:35, par laufran

    Bonjour ,
    je m’ appelle Yves Eimery ,j’ai été durant plusieurs années , chroniqueur auto , ( notamment pour le mensuel " Rétomania ") , et entr ’autres choses fondateur du " grand rendez vous de la voiture de collection" à Sens, (dans l’ yonne ) en 1998
    Jai eu une berline primula en 1972 , que j’ ai gardé 3 années , à l’ époque , ce n’était guère une voiture qui avait la grande cote , d’ une part parce que c’était une voiture étrangère , et surtout parce que c’ était une italienne ( elles avaient une mauvaise réputation dans ces années là , sans doute principalement à cause de la maladie de la rouille ) de ce fait je ne l’ avais pas payé trop cher , mais mes moyens du moment me dirigeaient plus vers ce style d’ auto !
    Toutefois , force est de constater , qu’ elle ne m’ a jamais causé de souci particulier , à l’ exception d’ une anecdote qui est la suivante :
    Tous les 15 jours , je partais de Paris ou j’ habitais pour me rendre dans le Nord de la France chez mes beaux parents .
    La première fois que je l’ utilisais en hiver , ce weekend là il faisait très froid , et à une soixantaine de kms de Paris , en pleine campagne de l’ Oise , la voici qui s’ arrêtte toute seule !
    Naturellement , je descends , j’ ouvre le capot , je regarde , et je ne remarque rien de particulier !
    Je remonte j’essaie de redémarrer , et la voilà qui repart au quart de tour , bref je reprends la route relativement incrédule en me demandant bien ce qui avait pu lui prendre à cette " enquiquineuse " !
    Mais voilà qu’ environ 20 kms plus loin : Rebelote ! même punition , même motif ! .... et bien sûr .... même réaction de ma part ! , j’ ouvre le capot ect .... !
    Elle me refera cette farce 7 fois de suite sur les 220 kms qui me portaient à destination : repartant sans problème après chacun de ses arrêts
    Ma relative inexpérience en la matière , à l’ époque ( bien qu’ ayant fait un apprentissage de carrosserie auto , ce qu ’ il faut bien admettre n’est pas forcément la même chose ! ) ne m’ ayant pas permis de découvrir l’ origine de cette étrange panne , je rendais une petite visite à un garagiste local , dont j’avais déjà eu l’ occasion de découvrir le bon niveau de compétences , et qui me répondit du tac au tac , sans se creuser les méninges le moins du monde :
    C’est rien du tout ce truc là , c’est simplement le carburateur qui givre , ouvrez votre capot , au niveau de l’arrivée d’air , vous ne devez pas être sur la bonne position !
    Il inversa effectivement la tirette sur la position hiver , et me dit : voilà , vous verrez , pour le retour dans la capitale vous n’ aurez plus de problème !
    C’est effectivement ce qui arriva pour rentrer avec un temps encore plus froid !...... plus le moindre problème !
    Quelle leçon ! un petit truc toiut simple qu’ il ne fallait pas oublier de faire !
    Pour le reste , j’ ai gardé un excellent souvenir , de cette auto , et j’avoue , qu’ en retrouver une aujourdhui i ne me déplairait pas !
    Bien Cordialement Yves Eimery




form pet message commentaire

    Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


forum qui etes vous

 

Suivre la vie du site Nos flux RSS : Toute l'actualité - Abarth - Alfa Romeo - Ferrari - Fiat - Iveco - Juridique - La vie des clubs - Lamborghini - Lancia - Maserati - Sport - Sur internet - Podcasts
Abarth, Autobianchi, Alfa Romeo, FIAT, Lancia, Ferrari, Lamborghini, Maserati sont des marques déposées. Les marques, logos et photos, cités ou utilisés dans ce site
sont la propriété exclusive de leurs propriétaires respectifs et sont protégés par la loi du copyright.
Site réalisé sous Spip - Tous droits réservés - ©2002-2017