Champions !

Ecrit le lundi 19 octobre 2009 par FFSA (communiqué)

Sur une grille de départ, il est possible de ressentir toute la pression reposant sur les équipes et sur les épaules de leurs pilotes. Aujourd’hui, les enjeux étaient de taille puisque deux titres de Champion de France dont le dernier de l’histoire du GT1 hexagonal, étaient dans la balance. Dans ces deux Championnats le scénario était identique : deux équipages pouvaient encore prétendre coiffer la couronne de lauriers, mais de nombreux outsiders pouvaient aussi leur barrer la route.


Le départ fut donné pour une heure de course, à l’issue de laquelle les « titrés 2009 » seraient désignés… Première absence, avant même de commencer les explications, la Saleen du Team Tarres, pilotée par Lucas Lasserre partait en tête à queue dans le tour de chauffe. Lucas qui remplaçait Olivier Porta venait d’achever, quelques minutes plus tôt, la course de Race Car et n’était probablement pas encore totalement concentré.
Alors que Soheil Ayari et Laurent Groppi s’installaient à la corde du triple gauche, Olivier Panis, magistral, leur faisait l’extérieur et pointait en tête au terme du premier tour. Derrière ces trois hommes, Laurent Cazenave suivait à distance, accompagné de Sébastien Bourdais et Eric Cayrolle. Cet ordre restera inchangé tandis que les pilotes enchainaient chacun leur tour les meilleurs chronos en course.

Dans le Championnat GT3, le poleman Frédéric Makowiecki et sa Ferrari 430 Scuderia de l’équipe As Events menaient largement devant l’Audi R8 LMS Oreca de Stéphane Ortelli ainsi qu’Ulric Amado jouant le titre avec à ses basques Mike Parisy, second prétendant à la couronne. Suivaient ensuite Christopher Campbell (Ferrari), Eric Hélary (Lamborghini), Morgan Moullin-Traffort (Viper) et Olivier Thevenin (Lamborghini). Stéphane Ortelli mettait alors progressivement la pression sur Fred Makowiecki et finissait par lui griller la politesse au Fer à Cheval, virage qui fut tout au long du week-end le témoin de nombreuses passes d’armes. Dont par exemple, Soheil Ayari qui suite à une attaque de Groppi y partait en tête à queue…

Olivier Panis, qui se jouait remarquablement du trafic, toujours aussi « intense » (tant les GT3 sont proches en performance) en creusant l’écart, vit alors revenir sur lui, en fin de relais, un Laurent Groppi déchainé tandis que Laurent Cazenave s’expliquait avec Sébastien Bourdais.

Au 28ème tour et à l’extrême limite de la fenêtre de ravitaillement, les leaders se ruaient pour effectuer les changements de pilotes. Patrick Bornhauser en profitait ainsi pour passer Eric Debard dans les stands…

A l’abord de la deuxième partie de course, l’ordre des championnats est le suivant : en GT1, Patrick Bornhauser devance Eric Debard, Roland Berville, Jean-Claude Police et Bruno Hernandez… En GT3, on retrouve Yvan Lebon, Bruno Dubreuil, Dany Snobeck, Philippe Gaillard et Arnaud Peyrolles.

Place aux savants calculs et au jeu des calculettes dans les stands… par « tradition », on décompte les équipages qui ne marquent pas de points, une tradition quelque peu stressante dans le championnat de France GT.

Stratégie oblige… les radios entre les team managers et les pilotes ne cessent de crépiter…Eric Debard peut se permettre d’assurer et de laisser passer sans conséquence (ils ne marquent pas de points au championnat) Roland Bervillé puis Ange Barde, revenu sur lui.

En GT3, les Ferrari ne furent pas à la fête… Hormis le Champion de France des Rallyes, toujours dans le rythme, les autres abandonnèrent ou naviguèrent à grande distance. Là aussi séance de calcul…Yvan Lebon, qui menait les débats ne marquait pas de points, pas plus que le second Dany Snobeck. C’est donc Bruno Dubreuil qui récoltait les points de la victoire…et Philippe Gaillard ceux de la deuxième place, des points suffisants pour l’assurer du titre.

En fin de course Bruno Hernandez revenait sur Eric Debard qui, très prudent, trouvait que les minutes qui le séparaient du podium étaient bien longues. Tout comme Philippe Gaillard en voyant que son compagnon d’écurie Arnaud Peyrolles grandissait dans ses rétroviseurs…

Au final de l’épreuve Larbre Compétition s’offrait un doublé avec Bornhauser / Groppi devant Bervillé / Bourdais, alors que la troisième marche du podium revenait à la Corvette SRT de Ange Barde et Eric Cayrolle.

Au Championnat, c’est donc Eric Debard qui est sacré Champion de France 2009 FFSA GT alors que son équipe DKR Engineering s’adjuge le titre par équipe.

Du côté des GT3, Yvan Lebon et Stéphane Ortelli sur l’Audi R8 LMS Oreca s’imposaient devant Bruno Dubreuil et Ulric Amado, tandis que Dany Snobeck et Fred Makowiecki accédaient à la 3ème place. Philippe Gaillard et Mike Parisy assuraient ainsi la quatrième place devant Arnaud Peyrolles et Olivier Thevenin.

Ainsi, le duo Mike Parisy/Phillippe Gaillard et le Ruffier Racing remportent le Championnat de France GT3 dont l’avenir s’annonce prometteur… En effet, le Championnat FFSA GT 2010 sera ouvert aux seules GT3, mais comptera une catégorie réservée aux Gentlemen Drivers. Ford, Aston Martin, Corvette, Porsche, Morgan feront leur apparition aux côtés des Ferrari, Lamborghini, Viper et BMW Alpina ! Le plateau de la saison 2010 s’annonce… grandiose !

Ils ont dit

2ème GT : Saleen S7R - Larbre Compétition
Sébastien Bourdais :
« C’était une course tactique car il y avait beaucoup de voitures mais peu d’entre elles marquaient des points. Je n’ai pas voulu m’immiscer dans cette bagarre qui n’était pas la nôtre. OIivier [Panis] a pris un bon départ et est passé. Je me suis juste appliqué à sauver les pneus pour Roland [Bervillé] dans la première partie. Quand nous avons commencé à rattraper les GT3, les écarts se sont creusés et chacun gérait le trafic de façon très différente. Comme les voitures partent au Japon, nous avions ordre de les ramener en un seul morceau. Je suis très content pour Roland. Le but était qu’il se fasse le plus plaisir possible. Aujourd’hui, ce fut le cas. Pour Larbre Compétition, la déception est là, malgré tout, car il faut toujours un vainqueur. Ce sera pour eux, je l’espère, l’année prochaine. »

Roland Bervillé : « La voiture était parfaite et très bien équilibrée. Sébastien a fait un super travail, et j’ai pu mettre gaz tout de suite. Après un moment, je suis revenu sur Eric Debard. Je pensais même qu’il avait un souci puis il s’est écarté et m’a laissé passer. Cette belle 2ème place vient finalement mettre un peu de plaisir dans ce week-end à Ledenon… »

3ème GT : Corvette C6-R- SRT
Eric Cayrolle :
« C’était un week-end un peu plus difficile qu’au Ricard car nous embarquions du poids. Cela fait 10 ans que nous voulions rouler ensemble avec Ange [Barde] et au moins d’arracher un podium. Aujourd’hui, nous pensions que la tâche serait difficile. Mon objectif était de rester au contact de Laurent et Sebastien. Au bout de 10 tours, je me suis fait décrocher. J’ai eu un petit peu de mal. Quand nous sommes revenus sur les GT3, je me suis rapproché légèrement, ce qui a permis ensuite à Ange de faire un super boulot et de remonter en 3ème position. Nous sommes très heureux. »

Ange Barde : « Je suis ravi d’être là. Avec Eric, cela fait très longtemps que nous parlions de rouler ensemble. L’opportunité s’est présentée. Cette année, j’ai eu de supers équipiers. C’est bien, car je termine par un podium. Il y a un facteur chance et c’est vrai qu’Olivier [Panis] m’a quand même donné quelques conseils et je l’en remercie. Le poids n’a pas facilité les choses hier mais aujourd’hui la voiture était vraiment super. J’espère que nous aurons d’autres opportunités. C’est un bon Championnat avec de supers pilotes et un super niveau. Nous nous reverrons l’année prochaine. »

Champions de France FFSA GT : Corvette C6-R - DKR Engineering
Eric Debard :
« Je suis heureux de ce titre puisque c’est la fin d’une série, le GT s’arrête. Obtenir ce titre provoque un petit pincement au cœur car ce sont vraiment de très belles autos. J’ai passé quatre années avec et cela m’a fait plaisir. Le niveau de pilotage et celui des pilotes n’ont cessé d’augmenter. J’avais beaucoup de pression aujourd’hui. A vrai dire, dans les derniers tours je ne savais pas trop où j’étais…j’avais un peu de mal à me concentrer sur mon pilotage. Le but est atteint. Je voudrais remercier Soheil Ayari qui m’a fait connaître Olivier et si Olivier est venu cette année sur ce championnat, c’est grâce à Soheil. J’ai découvert un homme, c’est tout aussi important que la découverte du pilote. Merci à Laurent et Jean Claude car nous avons passé une superbe saison. Le titre, c’est la cerise sur le gâteau. J’espère que nous aurons beaucoup de plaisir à nous retrouver l’année prochaine tous les quatre ensemble. Merci DKR qui a tout fait pour que nous soyons titrés. »

Olivier Panis : « Je suis heureux pour toute l’équipe DKR et pour Eric. Cette saison j’avais deux programmes en même temps, donc, je n’ai pas pu être à Dijon. Mon but était d’aider Eric, Laurent et évidement Jean Claude à progresser, à se battre pour le titre. Donc voilà, je crois que c’est la dernière pierre à l’édifice. A côté de cela, j’ai passé une saison géniale dans ce championnat, cela faisait bien longtemps que je n’y étais pas revenu… Beaucoup de plaisir, une superbe ambiance. Nous avons partagé beaucoup de choses ensemble. Bravo Eric. Merci à tous. Je voudrais aussi, comme Eric, remercier Soheil Ayari pour plein de choses et surtout pour sa sportivité car certains en ont bien moins que lui… »

3ème Championnat de France FFSA GT : Corvette C5-R - DKR Engineering
Laurent Cazenave :
« La course était un vrai régal. C’est l’une des courses où je me suis le plus amusé. Nous étions vraiment pare-choc contre pare-choc et nous souhaitions que cela se passe sportivement au mieux. C’est chouette parce que je crois que personne n’a touché personne. Nous terminons troisièmes du championnat et si notre saison avait débuté en fanfare elle se termine plus difficilement... Bravo à toute l’équipe pour le titre et pour l’ambiance ! »

Jean-Claude Police : « Je voulais quand même féliciter Laurent sur ce meeting. Il a fait un super boulot et moi c’était un petit peu moyen. C’est grâce au relais de Laurent que nous terminons troisièmes du championnat. Avec Eric, Olivier et Laurent nous formons un quatuor assez sympa voire même très sympa… »

Vainqueurs GT3 : Audi R8 - Team ORECA
Stéphane Ortelli :
« Tout d’abord, bravo aux champions ! Pour nous, la priorité était de ne pas trop nous mêler à leur combat. Quand un Championnat se joue et que nous ne sommes pas présents à toutes les courses, mieux vaut ne pas jouer les trouble-fête ! Ulric s’est montré très fairplay et n’a pas insisté au premier virage. J’ai pu me mettre tout de suite à la poursuite de la Ferrari. L’auto était super. J’espère revenir en France et refaire d’autres courses ici. L’Audi était la meilleure voiture ce week-end. Mon équipier [Yvan Lebon] a très bien négocié son relais et a pu gérer son avance. Même si Bruno [Dubreuil] est revenu très fort à la fin, nous avons pu gagner la course. C’est d’ailleurs la première fois que nous gagnions un dimanche ! »

2ème GT3 : Lamborghini Gallardo - First Racing
Ulric Amado :
« Au départ, je n’ai pas voulu forcer. Il était important de finir la course et d’essayer d’être devant Mike [Parisy] au départ. Bravo à eux ! Nous avons fait un beau Championnat en nous battant toute l’année et en finissant à deux points… C’est hier que tout s’est joué. Nous repartirons l’année prochaine – espérons-le – et nous prendrons notre revanche. »

Bruno Dubreuil : « Si nous pouvions revenir la saison prochaine, ce serait avec grand plaisir. Nous étions dans une bonne équipe et nous avons formé un bon équipage. Hier, j’ai fait une petite bêtise lourde de conséquences. La course d’aujourd’hui était belle, même si elle manque de saveur. Nous échouons aux portes du titre, deux points, c’est à la fois peu et beaucoup. Bravo aux champions car ils n’ont pas démérité et se sont montrés meilleurs que nous ! »

Champions de France FFSA GT3 : Lamborghini Gallardo - Ruffier Racing
Mike Parisy :
« C’était assez difficile, compte tenu du niveau de performance de chacun sur ce week-end et des enjeux. Le départ a été assez tumultueux, coincé entre les deux pilotes du First Racing : un devant et un juste derrière. Néanmoins, j’ai réussi à faire ma place et à suivre Ulric qui a fort bien piloté. Je me suis ensuite détaché du reste du peloton afin de permettre à Philippe [Gaillard] d’avoir un relais serein. Nous avons vécu une saison fantastique au sein d’une équipe fabuleuse. Nous avons remporté pas moins de 5 victoires tout au long de l’année et je pense que notre niveau de performances était très bon. Les larmes de joie qui coulaient sur les joues de certains membres de l’équipe Ruffier Racing témoignent vraiment de l’ambiance familiale, de la solidarité et de la complicité qui règnent dans cette équipe. Cela fait chaud au cœur. Nous ne sommes pas les seuls Champions de France, c’est toute l’équipe, l’autre équipage et les partenaires qui se sont mêlés à notre victoire. »

Philippe Gaillard : « Je suis très heureux de ce titre de Champion de France. En 2008, c’était en Carrera Cup B avec le Team Alméras. Cette année, en Championnat de France FFSA GT3 avec le Team Ruffier et Mike Parisy. Pour ce qui est de la course d’aujourd’hui, j’ai suivi les consignes, quitte à me refaire prendre un tour par un retardataire. Je me sentais plutôt à l’aise sur ce week-end avec la pole position de samedi. J’étais assez confiant pour la course d’aujourd’hui. Je suis très heureux de remporter ce titre cette année avec Mike. »




form pet message commentaire

    Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


forum qui etes vous

 

Suivre la vie du site Nos flux RSS - Toute l'actualité - Abarth - Alfa Romeo - Fiat - Lancia - Ferrari - Lamborghini - Equipement - La vie des clubs >> Site réalisé sous Spip - Tous droits réservés - ©2002-2007