Dakar 2012 : Iveco en tête, les Fiat PanDakar toujours en course

Ecrit le samedi 7 janvier 2012 par Vincent Royer

A mi-parcours, le Team Iveco – De Rooy est en tête de la catégorie Camions. Quant aux deux Fiat PanDakar, elles sont toujours en course. Un exploit !


Le Dakar continue, et le moins que l’on puisse dire c’est que les choses se passent bien pour le Team De Rooy et ses Iveco. Lors de l’étape 3, mardi, l’équipe a en effet remporté sa seconde victoire d’étape consécutive avec Miki Biasion. Le double champion du monde de rallye WRC signait ainsi sa première victoire d’étape sur le Dakar. Il prenait par la même occasion la troisième place au général.

« On n’a connu aucun problème aujourd’hui, déclarait-il à l’arrivée, seulement la poussière des camions devant nous, mais on quand même bien roulé et surtout on n’a pas crevé, donc c’est bien... Mais la chaleur était vraiment intense, surtout avec un parcours aussi technique. C’était vraiment une journée, très, très fatigante. »

Mercredi était sans aucun doute LA grande journée Iveco du Dakar 2012 puisqu’en plus d’une nouvelle victoire d’étape, les hommes du Team De Rooy signaient les trois meilleurs temps, Gérard De Rooy devançant ses coéquipiers Stacey et Biasion. Trois hommes que l’on retrouve aux… trois premières places du général !

« Nous avons beaucoup dépassé aujourd’hui, expliquait Gérard de Rooy, donc nous avons réalisé une bonne journée, dans une spéciale très difficile. D’autant plus que j’ai cassé ma suspension de cabine à 6km du terme, ce qui n’a rien arrangé pour le dos et la fatigue, surtout après la grosse section bosselée. Mais bon, tout va bien, et surtout nous améliorons le camion chaque jour. »

Dans la cinquième étape jeudi, les choses ont été plus compliquées. Si Gérard de Rooy s’impose une nouvelle fois à l’issue de l’étape, il ne devance le second, Ales Loprais, que de 14 secondes ! Derrière eux, on retrouve les deux coéquipiers de De Rooy, Miki Biasion et Hans Stacey.

« Encore une très bonne journée pour nous, se félicitait Gérard de Rooy sur la ligne d’arrivée, puisque nos 3 camions arrivent dans les premiers. Il va falloir attendre un peu pour savoir exactement les positions, mais de toute façon, c’est bien.... Les premières dunes étaient très molles mais avec le couple de nos camions, ce n’est pas un souci... Mais bon, nous prenons les jours les uns après les autres, et nous jouons la stratégie d’équipe en vue du général pour éviter que Loprais ou les Kamaz ne puissent faire un trop gros coup. Normalement, les Kamaz devraient être plus menaçants que ça, mais pour l’instant la course tourne en notre faveur. »
La journée de vendredi sera une journée plus tranquille, la spéciale étant annulée à cause des conditions météos trop difficiles, la neige ayant recouvert les cols que devait emprunter le rallye.

Enfin, aujourd’hui, dans la septième étape, Gérard de Rooy a confirmé sa suprématie en remportant sa troisième étape d’affilé. Ses coéquipiers ont par contre été plus distants, Stacey ne prenant par exemple que la huitième place. Il va donc maintenant falloir se méfier un peu plus de Loprais et de son Tatra.

Au général, De Rooy est premier, Stacey troisième et Biasion échoue à la 18ème place après une journée difficile dans les dunes.

 Des Fiat PanDakar en difficultés

Du côté des autos, les choses sont plus compliquées. Si Calubini et Caffi terminent respectivement 127ème et 131ème, prenant les 109ème et 113ème places au classement général à l’issue de l’étape 3, leurs autos ont disparues des classements sur le site internet de la course depuis l’étape 4 de mercredi. Les deux petites Fiat PanDakar sont pourtant toujours en course. Jeudi soir elles pointaient aux 120 et 122ème places du général.

Mais leur aventure ne se fait encore une fois pas sans difficultés. Ainsi, lors de l’étape de jeudi, la PanDakar de Loris Calubini a été heurtée par un camion Man, l’endommageant énormément.

« Nous traversions un passage critique de la spéciale, entre le sable et le lit d’une rivière. Sur le roadbook il était signalé comme risqué pour les camions qui pouvaient se retourner. »

Alors que son coéquipier lui lisait cette note, Loris aperçoit la voiture de Caffi arrêtée en situation difficile. Il s’arrête alors à son tour à quelques mètres derrière pour analyser la situation. Lorsqu’il s’apprête à descendre de la voiture, il aperçoit dans son rétroviseur un gros camion Man qui arrive. A sa vitesse, impossible de s’arrêter.

« J’ai pensé à retirer le pied de l’embrayage pour glisser de quelques mètres en avant. » Le pire est évité mais le camion vient toucher l’arrière de la PanDakar. Résultat, toute la carrosserie arrière cassée, ainsi qu’une roue et un demi-axe. L’équipe réussira malgré tout à réparer pour repartir le lendemain.

Et c’est là que les choses se compliquent. Au soir de la septième étape, les voitures ne sont toujours pas rentrées au bivouac, perdues dans le terrible champ de dunes. Heureusement, demain c’est repos. Avec un peu de chance, les PanDakar auront même un peu de repos avant de reprendre la piste lundi, si elles parviennent à s’extraire des dunes cette nuit.

 Le résumé vidéo de la troisième étape

 Le résumé vidéo de la quatrième étape

 Le résumé vidéo de la cinquième étape

 Le résumé vidéo de la septième étape

 Les Iveco en action et en vidéos




form pet message commentaire

    Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


forum qui etes vous

 

Suivre la vie du site Nos flux RSS - Toute l'actualité - Abarth - Alfa Romeo - Fiat - Lancia - Ferrari - Lamborghini - Equipement - La vie des clubs >> Site réalisé sous Spip - Tous droits réservés - ©2002-2007