Lancia Thesis 2.4 JTD 20v Comfortronic Emblema

Ecrit le jeudi 4 mars 2004 par François Royer, Vincent Royer - 1 commentaire(s)

Retouchée l’an dernier, la Thesis reçoit également un nouveau moteur diesel, le 2.4 JTD 20v et une boîte de vitesses automatique de nouvelle génération. Originale, luxueuse et dynamique, la Thesis peine pourtant à trouver sa place, malgré des atouts indéniables.


Imposante berline de luxe, la Lancia Thésis s’intègre parfaitement au cadre majestueux des grands monuments parisiens. Véhicule haut de gamme par excellence, cette Lancia est la voiture idéale pour les déplacements entre les aéroports et les grands hôtels des capitales européennes. On pourra également l’utiliser pour ses déplacements professionnels ou pour aller sur les hippodromes les plus prestigieux. D’ailleurs on préfèrera céder le volant à son chauffeur et se laisser conduire.

 Le confort avant-tout

Car dans la Thesis, tout a été conçu pour le confort, et notamment celui des passagers. L’habitabilité arrière est par exemple l’une des meilleures de sa catégorie. Les sièges, accueillants et confortables, sont sur notre voiture d’essai en cuir souple Poltrona. En option, ils pourront être chauffants. Pour le bien être des passagers, chacun dispose d’ouies de ventilation individuelles et surtout de la climatisation totalement indépendante.

Le large accoudoir central escamotable peut accueillir la télécommande du système hifi, et cache également l’interrupteur de commande du pare-soleil électrique.

Habillé du même revêtement que les sièges, l’habitacle reçoit également des placages en bois d’acajou, accentuant ainsi l’élégance de la voiture.

A l’avant, le confort est également le mot d’ordre de la Thesis. Les réglages des rétroviseurs, des sièges, du volant et même des appuis-têtes se font électriquement. De série, ces réglages sont mêmes mémorisés afin d’éviter au conducteur d’avoir à les refaire fréquemment.

Onze hauts-parleurs répartissent le son dans l’habitacle alors que l’air est diffusé à l’avant au travers d’une large bande micro-percée située sur la partie supérieure de la planche de bord.

 L’électronique au service du conducteur et de ses passagers

La console centrale accueille le centre névralgique, le cerveau, de la Thesis. Au centre, un écran en couleurs de 7’’ est entouré d’interrupteurs et de touches programmables qui permettent d’accéder aux différents menus, notamment ceux du Connect, un système télématique intégré offrant des services de GPS mais aussi d’assistance.

Sur notre modèle, l’écran permet également de bénéficier de l’option Télévision. Une option qui reste un gadget, surtout vue la qualité de réception.

Le tableau de bord est élégant et relaie les principales informations fournies par l’écran de l’ordinateur de bord. Le volant regroupe les commandes de l’autoradio.

L’accoudoir central est suffisamment large pour permettre au conducteur et à son passager d’en profiter en même temps. Quant au frein à main, il s’active au moyen d’un gros bouton. La Thesis est en effet l’une des premières voitures au monde offrant de série l’EPB, un frein à main électronique.

Au niveau de la sécurité, la Thesis est équipée de série de l’ESP ESP Contrôle de la stabilité dynamique dans les virages. qui intervient en cas de limite de stabilité de la voiture, de l’ASR qui limite le patinage des roues motrices, du MSR qui évite le blocage des roues et bien sûr de l’ABS avec correcteur électronique de freinage EBD EBD Symbole de Electronic Brakeforce Distribution. Répartiteur de freinage capable d’exercer une action de freinage maximale sur chaque roue proche du blocage. intégré.

Huit air-bags dont deux à stade multiple viennent compléter l’équipement. Les vitres latérales peuvent être équipées, comme sur notre modèle, d’un dispositif anti-effraction EPG.

 Un look massif, néo-rétro

Extérieurement, la Thesis en impose. Massive, élégante, sa grande calandre domine la partie avant, faite de volumes opulents mélangés à de longues arêtes. Encore une fois, un mélange de style ancien et moderne.

Les phares bi-xénon aux formes écrasées, larges, contrastent avec les feux arrières, aplatis, très fins, éclairés par LED. Evidemment, les phares s’allument tout seuls dès que l’obscurité se fait, et les essuies-glaces se mettent en fonctionnement automatiquement dès les premières gouttes de pluie.

Dommage pourtant que les capteurs de manoeuvre à l’avant et à l’arrière ne soient proposés qu’en option. Ils sont pourtant bien utiles avec un tel vaisseau.

 Puissance du moteur, souplesse de la boîte de vitesses

Malgré un moteur puissant, le nouveau 2.4 JTD 20V de 175 ch, notre Thesis reste pataude. Ses 1,8 tonnes se font sentir, surtout lorsque l’on sort des villes ou des autoroutes. Pas question par exemple de prendre de la vitesse sur les petites routes de campagne au revêtement déformé sous peine de voir la belle s’écraser sur ses suspensions et racler la route. Le système électronique d’amortissement semi-actif « Skyhook » semble avoir du mal à jouer son rôle sur route particulièrement meurtrie. Il est en effet censé « isoler » la voiture de la chaussée grâce à six capteurs qui calculent la vitesse relative entre la coque et les roues.

La Thesis reste pourtant maniable grâce notamment à la géométrie de ses suspensions. Un système Multilink à axe de braquage virtuel à l’avant et schéma à bras multiples à l’arrière.

Equipée du système Comfortronic, boîte de vitesse automatique à 5 rapports, notre Thesis se révèle étonnante. Pas d’à coup lors du passage des vitesses, des rétrogradages adaptés à la situation et à la conduite, bref une boîte automatique comme nous en avions rarement vu. Son seul défaut, le mode séquentiel qui permet d’utiliser la boite de vitesses mécaniquement, en poussant sur le levier pour passer les vitesses, ou en tirant pour rétrograder. Le temps d’action entre le moment où l’on agit sur le levier et le moment où la vitesse est enclenché est tel que l’on a préféré conduire en automatique.

La Thesis se révèle donc une voiture agréable, accueillante, stylée sans être austère. Bien motorisée, elle est agréable à conduire même si se laisser conduire devient un réel plaisir, y compris pour les plus réfractaires. Enfin, à 45 200 € hors option, la Thesis reste une voiture d’exception, très bien équipée d’origine.

Tarif du modèle essayé
Lancia Thesis 2.4 JTD 20v Comfortronic Emblema 45 200,00 €
Télévision 1 500,00 €
Peinture metallescente 1 000,00 €
Toit ouvrant électrique à cellules solaires 2 000,00 €
Jantes alliage de 17" 850,00 €
Aide au stationnement AV et AR 800,00 €
Rétroviseurs photochromatique 600,00 €
Vitres latérales anti-effraction EPG 1 200,00 €
Sellerie Cuir Nappa Poltrona Frau 1 500,00 €
Prix du modèle essayé 54 650,00 €
A visiter

1 commentaire





form pet message commentaire

    Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


forum qui etes vous

 

Suivre la vie du site Nos flux RSS - Toute l'actualité - Abarth - Alfa Romeo - Fiat - Lancia - Ferrari - Lamborghini - Equipement - La vie des clubs >> Site réalisé sous Spip - Tous droits réservés - ©2002-2007