Squadra Fiat, troisième victoire consécutive

Ecrit le dimanche 26 mars 2006 par Vincent Royer

Ultime rendez-vous de la saison, le Stade de France a accueilli les pilotes du Trophée Andros devant plus de 55 000 spectateurs. Fiat y remporte la dernière course de l’hiver.


Le Stade de France, ultime étape de la saison 2006 du Trophée Andros. Une étape hors norme, sans véritable enjeu puisque ne comptant pas au classement. « On a eu toute la saison pour se mesurer les uns aux autres et pour se battre aux chronos, explique Marguerite Laffite. Là on entre dans un état d’esprit différent. On ne vient pas pour battre des chronos et on n’a pas la pression. Et déjà la pression en moins, c’est énorme. Ca change beaucoup de choses.

C’est incroyable de se retrouver dans un stade avec 50 000 personnes je crois. Ce qui est génial, c’est que ce n’est pas vraiment une course, c’est un show. On est là pour faire le show, pour se présenter au public. C’est vraiment sympa. On a envie de faire plaisir à tout le monde, comme l’a bien démontré Franck Lagorce qui fait le show debout sur la voiture, ou Jean-Pierre Pernaud qui fait des 360°. Je crois que tout le monde est dans l’ambiance et c’est clore en beauté la saison du Trophée Andros. »

 Petits soucis de surchauffe et séance de « relookage »

Et clore en beauté la saison, c’est aussi gagner. Malheureusement, dès les premiers tours, la voiture des garçons surchauffe. Très vite, les mécanos improvisent une nouvelle source de refroidissement. Ils démontent le cache de la calandre et le raccordent au radiateur.

Alors que la Stilo bleue est de nouveau prête, Justine Monnier dispute son premier défi face à Yvan Muller. Le duel tourne court et la Stilo rose finie sa course dans le mur. Dans les coursives du Stade de France, transformées en stands pour l’occasion, sous les tribunes, les mécanos sont déjà prêts. Quelques minutes leurs suffiront pour réparer la voiture. Et sur la ligne de départ de la première finale, les deux Stilo tiendront leur place.

Philippe de Korsak, sur la Stilo bleue, s’élance de la troisième place. Devant lui, Paul Bourion sur la Kia et Olivier Panis sur la Toyota. Philippe de Korsak choisi de faire une course d’attente, à l’affut de la moindre erreur des deux hommes de tête. Et lorsque Olivier Panis, dans le dernier virage, tente le tout pour le tout pour dépasser Paul Bourion, les deux hommes partent à la faute. De Korsak, aux premières loges, réussi à infiltrer la Stilo et à franchir le premier la ligne d’arrivée.

Sa joie est à la hauteur de sa performance et il la laissera éclater. Avec sa victoire, c’est aussi la pole position qu’il offre à son coéquipier Franck Lagorce dans la seconde finale. Les voitures repartant dans l’ordre d’arrivée de la première.

 Lagorce, le show... et la victoire

Parti en tête, Lagorce résistera durant six tours aux trois furieux lancés à sa poursuite : Yvan Muller, Jean-Philippe Dayraut et Alain Prost. Il l’emporte à son tour, imposant sa Fiat dans la dernière et la plus prestigieuse des finales de la saison, devant plus de 55 000 spectateurs.

Son tour d’honneur sera un véritable show comme il en a le secret. C’est debout, assis et même allongé sur le toit qu’il conduira sa voiture. Sur le podium, les deux hommes de la Squadra sont radieux, entourés des hommes de BMW, seconds, et de Kia, troisièmes. Quelques instants plus tard, ils tirent le bilan de leur finale.

« Philippe a su gérer non seulement les clous, la voiture mais il est également resté au contact des deux leaders, se félicite Franck Lagorce. S’il n’avait été ne serait-ce qu’un mètre derrière sans vouloir gérer tout ça, jamais il n’aurait gagné sa demi-finale. Je trouve qu’il a fait une course exemplaire. C’était évident, et ça c’est l’expérience, c’était évident qu’il allait se passer quelque chose. Il a réussi à gagner comme ça. Je trouve ça génial. »

« Effectivement j’étais très soulagé et très content de lui donner la voiture en première position, confirme Philippe de Korsak. Mais après il y avait six tours qui n’étaient vraiment pas faciles à réaliser. La piste était dans des conditions encore plus difficiles et délicates que lorsque je l’ai eue et il avait des furieux derrière qui ne pensaient qu’à une chose, le doubler ! Il a mené la finale de main de maître, ce qui nous remplit de joie et de bonheur et nous met plein de rêves pour l’année prochaine. »

 2007, objectif le titre

Et Christophe Decultot, directeur de Fiat VP et Lancia de confirmer : « L’année prochaine ce sera notre troisième saison. On va ambitionner des objectifs sportifs un petit peu à la hausse. On va clairement viser la victoire au Trophée. Ca veut dire que l’on garde la structure actuelle, que l’on va consolider, et encore améliorer. Mais on va partir sur les bases 2006 qui sont aujourd’hui excellentes. Bases pilotes et bases techniques. »

Fiat repartira donc en 2007 pour cette fois remporter le Trophée Andros. Seule incertitude, la voiture, qui ne devrait plus être une Stilo. Alors, quel modèle retiendra le constructeur ? Nous, on a bien une idée, mais chut, c’est secret...




form pet message commentaire

    Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


forum qui etes vous

 

Suivre la vie du site Nos flux RSS - Toute l'actualité - Abarth - Alfa Romeo - Fiat - Lancia - Ferrari - Lamborghini - Equipement - La vie des clubs >> Site réalisé sous Spip - Tous droits réservés - ©2002-2007